Flatland (la contrée plate)

Il y a près d'une centaine d'années, le Révérend Edwin A. Abbott, proviseur du lycée de la Cité de Londres, écrivit un petit livre sans prétention [...] intitulé Flatland (Flatland. A Romance in Many Dimensions, New York, Dover Publications, 1952.) [...]. Flatland est raconté par un habitant d'un monde bidimensionnel - c'est-à-dire ayant longueur et largeur mais point de hauteur -, un monde aussi plat qu'une feuille de papier couverte de lignes, triangles, carrés, etc. Les gens se meuvent librement à, ou plutôt dans, sa surface, mais ne peuvent, telles des ombres, s'élever au-dessus du plan ou s'y enfoncer. Inutile de dire que cette incapacité échappe à leur conscience : l'existence d'une troisième dimension - la hauteur - leur est inimaginable.

La suite