L'anneau de sagesse

Il était une fois un roi puissant, riche et cependant rongé par l’inquiétude : le monarque du royaume voisin menaçait ses frontières. Or, si le roi redoutait la maladie et craignait la vieillesse, il avait surtout une peur panique de la mort.

Il convoqua les sages du pays :
- Il existe, paraît-il, un anneau magique qui réjouit l’affligé et rend triste l’homme heureux. Trouvez-le, j’en ai besoin.

Le roi rêvait de la clé qui ouvre la porte du bonheur comme celle du malheur. Il souhaitait acquérir la maîtrise des sentiments et ne plus être le fantoche. Il voulait échapper pour toujours à la souffrance et à la mort. Les sages tinrent conseil sans parvenir à une conclusion. Ils se rendirent auprès d'un sage et demandèrent son aide.

Le sage ôta sa bague et la leur donna :
- Remettez cet anneau au roi, dit-il, et recommandez-lui de ne regarder sous le chaton que lorsqu'il se sentira à bout, désespéré. Sinon le message n'aura aucun effet.

La guerre ne tarda pas à éclater. Le roi, vaincu, prit la fuite. Il fit aller son cheval ventre à terre jusqu'à ce que la pauvre bête tombe morte d'épuisement. Le roi essaya de s'échapper à pied, mais dut admettre que les dés étaient jetés : devant lui s'ouvrait un précipice et l'ennemi était sur ses talons.

Soudain, il se souvint de l'anneau. Il l'ouvrit et lut ce qui y était finement gravé : "Ceci passera également..."
           

Sur la vérité

Le premier ennemi de la vérité, ce sont les convictions
Nietzsche

La vérité finit toujours pas être reconnue
Victor Hugo
           

A méditer aussi

En nous efforçant d'atteindre l'inaccessible, nous rendons impossible ce qui serait réalisable

Robert Ardrey
 

A méditer

Un changement de paradigme rend l'utopique réalisable
      

Recadrage

Samedi après-midi, tous les garçons ont congé, sauf Tom Sawyer qui est puni et doit blanchir à la chaux trente mètres d'une clôture en bois haute de trois mètres. La vie lui paraît vide et l'existence n'est qu'un fardeau. Ce n'est pas seulement le travail, qui lui est intolérable, mais surtout la pensée que tous les autres garçons qui passeront par là se moqueront de lui parce qu'il est obligé de travailler. A cet instant sombre et désespéré, explique Mark Twain, une inspiration surgit en lui ! Rien moins qu'une grande et magnifique inspiration. Sans tarder, un garçon apparaît, justement celui, parmi tous les garçons, dont il craint le plus les sarcasmes.

- Salut, vieux, on te fait travailler, hein ?
- Ah, c'est toi, Ben ! J'avais pas remarqué.
- Dis donc - Moi, je vais me baigner, moi. T'aurais pas envie de venir ? Mais non, voyons, tu préfères travailler, n'est-ce pas ? Voyons, bien sûr que tu préfères !
Tom considéra le garçon un moment et déclara :
- Qu'est-ce que tu appelles travailler ?
- Quoi, ça, c'est pas travailler ?
Tom recommença à passer la chaux, et laissa tomber négligemment :
- Peut-êt', et peut-êt' pas. Tout c'que j'en dis, c'est que Tom Sawyer ne s'en plaint pas.
- Allons, allons ! Tu n'vas pas faire croire que tu aimes ça ?
Le pinceau ne s'arrêta pas.
- Si j'aime ça ? Et pourquoi que je l'aimerais pas ? Est-ce qu'un garçon comme nous a l'occasion de passer une clôture à la chaux tous les jours ?
L'affaire parut alors sous un jour nouveau. Ben s'arrêta de mordiller sa pomme. Tom donna à son pinceau un coquet mouvement de va-et-vient - fit un pas en arrière pour voir l'effet produit - ajouta une touche à quelques endroits - critiqua à nouveau l'effet - tandis que Ben, observant chaque geste, se sentait de plus en plus intéressé, de plus en plus absorbé. Tout d'un coup, il dit :
- Eh, Tom, laisse-moi passer un peu de chaux.

Vers la moitié de l'après-midi, la palissade a déjà trois couches de chaux et Tom a littéralement les poches pleines : les garçons, les uns après les autres, ont donné leurs trésors pour avoir le privilège de peindre une partie de la clôture. Tom a réussi à recadrer la notion de corvée pour en faire un plaisir qu'on doit payer, et tous ses amis ont accepté ce changement dans sa définition du réel.

Changements
     

Détachement

Pour acquérir quoi que ce soit dans l'univers physique,
il faut savoir s'en détacher

Il ne s'agit pas d'abandonner l'intention de réaliser nos désirs,
mais plutôt notre attachement aux résultats

L'attachement est construit sur la peur,
l'insécurité et l'ignorance du vrai soi
 

A toi de choisir

C'est impossible dit la raison
C'est de l'inconscience dit l'expérience
C'est douloureux dit la réalité
Essaie dit le rêve...